une nouvelle vision de l'Art

Danse

 

 

 

La Danse (I)

 

Qu’est-ce que signifie la danse, ou encore danser? Est-ce un moyen pour l’être humain de montrer son corps, ou les capacités de celui-ci, ou encore pour exprimer sa joie, la joie de vivre?

Les traces de danses ou de manières de danser du passé ne sont pas abondantes, si on les compare à d’autres disciplines artistiques telles que la peinture ou la musique par exemple. En dehors de quelques tableaux, ou au travers de certaines musiques qui se prêtent à être dansées, la danse elle-même n’a pas laissé une grande quantité de traces derrière elle, ce qui est étonnant vu qu’il s’agit d’une discipline artistique très physique. Dans la danse, le mouvement s’efface, une fois exécuté, et il n’en semble rien rester. Mais cela est-il vrai?

Si nous répondons tout d’abord à notre première question, on peut dire que la danse ou l’acte de danser semble exprimer sous forme de mouvement quelque chose qui est en rapport avec celui qui l’exécute. Ce rapport, par contre, peut être très différent et varié selon les individus. Quelqu’un peut tout simplement exécuter, de l’extérieur, un mouvement qu’il a appris, qu’on lui demande de faire, ou qu’il est censé faire pour une raison ou une autre. Là il n’est pas forcément question d’une participation quelconque de la partie émotionnelle de la personne concernée, de son sentiment, avec le mouvement exécuté, il y a juste la volonté qui met le corps en marche. Pour accompagner un mouvement ou un geste d’une émotion ou d’un sentiment, il faut qu’il y ait un accord à l’intérieur de la personne entre ces deux domaines: l’émotion doit suivre l’acte. Ensuite il y a encore la pensée: à quoi pense l’individu en dansant? Est-ce qu’il est principalement occupé de lui-même et de la façon dont il exécute les mouvements, ou est-ce qu’il pense au contraire tout le temps à l’autre ou à ceux qui l’accompagnent dans cette activité? Ou encore s’occupe-t-il surtout de la musique, pour rester dans le bon rythme? Multiples peuvent être les raisons pour lesquelles un individu danse, ainsi que ses occupations intérieures au moment où il exécute ses mouvements. Cependant, une chose est sûre: si le sentiment ne participe pas du tout, il ne dansera pas longtemps!

Sans amour (même très peu) pour ce qu’il fait ou exécute, les mouvements seront raides, saccadés, et s’arrêteront très rapidement.Cela montre que danser repose au plus profond sur un état d’âme, d’ordre intérieur, contrairement à ce qu’on pourrait croire à première vue.

En tant que discipline artistique physique, on pourrait dire que c’est le physique qui dicte la loi ou qui mène le jeu. Pourtant, ce n’est pas le cas. La danse c’est le sentiment ou l’émotion sous forme de mouvement ou de geste, de la même manière que la peinture exprime ce sentiment ou émotion dans la couleur ou dans la forme (extérieure), et la musique un sentiment ou émotion dans le son. La seule difficulté dans le cas de la danse, c´est que son moyen d’expression, le corps physique, est bien plus dense, plus matériel, que les moyens utilisés dans la peinture ou la musique. Cela veut dire que derrière un moyen tellement opaque ou lourd, on peut plus facilement faire semblant, cacher ses véritables émotions et sentiments. Même s’il s’avèrera difficile à long terme de danser sans amour, on peut relativement plus facilement ‶tricher″, ou juste montrer une belle apparence.

D’un autre côté, il n’est pas si facile d’être capable, au moyen de la danse, de montrer ses états intérieurs en tant qu’artiste, et cela pour la même raison. Transmettre des émotions subtiles par le moyen du corps, ou même seulement par le geste, est plus difficile par la danse que par la peinture ou la musique. Un peintre peut se servir de couleurs appropriées s’il veut exprimer quelque chose, même s’il le vit intérieurement moins intensément. De même le musicien peut se servir de certaines sonorités, de sons plus aigus ou plus graves, par exemple. Le danseur, par contre, est obligé, s´il veut transmettre une émotion ou un sentiment à travers la danse au public, de vivre cette émotion ou ce sentiment jusqu’au bout, profondément. C’est cela qui rend la danse très difficile comme discipline artistique, même si on pourrait dire le contraire au premier abord. Parce qu’au fond, pour faire juste quelques pas, tout le monde ou presque peut se mettre en mouvement. Mais justement, cela n’est pas véritablement danser.

C’est pour cette raison qu’un bon danseur est une personne qui doit posséder une profondeur émotionnelle et une vie sentimentale très riche, très élaborée. Cependant, non seulement cela est relativement rare, mais de plus, à notre époque ce manque de vie intérieure est souvent caché derrière des mouvements techniquement très complexes, très difficiles, pour épater le spectateur. Les couleurs, les costumes, la lumière et le son (la musique) peuvent à l’heure actuelle cacher la vérité profonde derrière un phénomène comme la danse. On voit de beaux corps, ou de la force (des muscles), ou des mouvements très variés, tout un spectacle à tenir nos sens en suspense. Mais cela ne veut pas forcément dire qu’on assiste à la danse comme forme d’art exécutée au degré le plus élevé. Il est possible que cela ne nous dérange pas. Cependant, cette forme de danse ou de mouvement finit elle-même par s’effacer dans le temps. Car pour créer la durée au niveau du mouvement, c’est justement l’émotion et le sentiment profonds qui doivent venir se lier à l’action, au geste.

(à suivre).

 

Mother